Retour sur expériences : les TIC outils préférés des citoyens ?

Publié le par Dream+

Une récente consultation publique menée par la Communauté d'Agglomération d'Action Fourmies (préférence des habitants quant aux magasins qu'ils aimeraient voir s'implanter sur une ZAC), fait ressortir des chiffres surprennants et très voisins à ceux apparût dans le cadre de la consultation sur l'éolien faite par la Communauté de Communes de l'Atrébatie.

Dans ces deux cas, plus de 90% des réponses sont faites par des moyens numériques.

Pour ces deux initiatives,  tant la promotion de la consultation, que le mode de collecte des avis des habitants étaient pensés et mis en oeuvre de manière multicanal.
Mais voilà, c'est une écrasante majorité de retours numériques qui se font jour, loin devant les réponses téléphoniques ou par courrier postal.

Un tel chiffre ne peut pas laisser sans réaction et diverses hypothèses peuvent être formulées :
- Nous avons dans les deux cas affaire à des territoires et des citoyens "TIC éduqués" suite à des actions volontaristes inscrites dans la durée ; oui probablement.
- Nous avons à faire à des territoires ruraux dans lesquels l'éloignement entre personnes favorise le recours aux TIC ; peut être aussi.
- La sociologie des personnes enclines à s'investir, même légérement, dans la vie publique est désormais proche de la sociologie des internautes ; c'est très probable.
- Les outils numériques répondent aux rythmes et modes de vie, aux modes d'échanges, qu'ont les français désormais ; c'est aussi un facteur à considérer.

Sans aller trop vite aux conclusions, ces chiffres et ces premières peuvent être posés et envisagés avec intérêt, alors que l'on entends encore très souvent dire que les outils numériques n'ont qu'une utilité hypothétique et marginale dans la vie publique locale. Cette analyse, plausible il y a 5 ans, est peut être en train d'être contredite par les citoyens eux mêmes ; à suivre donc...
_

Commenter cet article