Net 2006 : atelier "web 2.0 et société civile ; vers de nouvelles relations ? "

Publié le par Dream+

Toujours concernant Net2006...

Un atelier de Net 2006 (voir billet précédent) était consacré à un sujet qui nous est cher : l'arrivée des TIC et plus particulièrement de la cavalerie légère des outils "web 2.0" dans la société civile.

Les questions soulevées étaient celles de l'appropriation effective de ces outils existants par tout ou partie de la société civile. Nous avons aussi, mais de manière plus implicite abordé la question des effets réels de ces outils sur les relations sociales, les équilibres d'influence entre les usagers-citoyens-consommateurs (seuls ou en groupes) et les institutions privées ou publiques.

Plutôt qu'un compte rendu exhaustif, voici les éléments principaux qui sont ressortis de cet atelier dont la qualité a été soulignée par tous ; un grand merci pour cela à nos nombreux orateurs.

 - - -

Si la plénière faisait ressortir un sentiment de "révolution", ici le sujet du web 2.0 a été abordé avec plus de pondération au regard de la pénétration réelle des TIC dans la société.

Les nombreux exemples présentés ou évoqués démontrent que les champs des possibilités offertes par les TIC est aujourd'hui démultiplié et que jamais dans l'histoire humaine autant de personnes avaient la possibilité de prendre la parôle et de faire connaitre ses idées au plus grand nombre.
On signalera des travaux récents relatés par Loic Hay (Artesi - Anetville Ile de France, page 10 du diaporama "dessine moi le web 2.0") qui considèrent que désormais sur le web 2.0 on trouve parmis les internautes 1% de "créateurs de contenus", 10% de "contributeurs" et 89% d'usagers-lecteurs. Ces chiffres sont très différent du web 1.0 (99% de lecteurs) et de la plupart des autres médais, a fortiori "de masse".

Les TIC sont apparus comme des révélateurs, des démultiplicateurs des envies des citoyens et des consommateurs pour prendre part aux discussions. De ce point de vue le web 2.0 est plus un accélérateur qu'un déclencheur. Mais son pouvoir de démultiplication semble potentiellement très important.

Certains exemples ont montré que désormais un citoyen individuel peut, via son blog, être repris par d'autres personnes, par la presse écrite ou la télévision et avoir des effets majeurs. Ainsi un bloggeur qui évoquait ses déboire avec la SNCF sur la ligne Paris-Rouen, s'est retrouvé au centre d'échanges et d'articles de presse.

Mais la réalité statistique, sociologique, politique s'impose à nous et il convient de considéré qu'au delà de ces cas encore rares, même s'ils sont significatifs, beaucoup reste à faire avant que l'usage des TIC ne montre des effets durables sur les relations et les équilibres de pouvoir.

L'un des orateurs a bien exprimmé le moment où nous sommes de l'arrivée des TIC : la société civile a commencé d'intégrer les TIC mais c'est le lent travail de digestion qui commence maintenant.

Ainsi le taux de connexion au web est souvent signalé comme bloquant (même si'il est de 55% et croit de 8% par an). A cela certains ont rapellé que la télévision a commencé son développement alors que peu de français avaient des postes de reception.
De ce fait internet est bien à considéré comme un outil de complément ayant ses avantages et ses limites.

Plusieurs exemples ont aussi montré que la plupart du temps les blogs et sites de citoyens sont "en réaction" et plutôt dans des postures de critique. On est souvent loin de la construction d'une dimension collective.
L'enjeu est donc de considérer cette diversité d'expression et de les fédérer autour d'enjeux collectifs, dans le cadre de débats démocratiques initiés et modérés par l'acteur public. Il revient donc à ceux qui sont les garants de la construction collective, les collectivités locales, à entrer dans la conversation en ligne et à en être des acteurs plutôt que des observateurs.

L'atelier a plusieurs fois rebondit sur la place, jugée insuffisante, des élus dans ces échanges en ligne ou leur rôle de médiateur de proximité trouve toute sa place.

Le sujet s'est révélé riche et de grand intérêt pour la majorité des 80 participants.
Dans le cadre de l'action DREAM+ il trouvera sa place et sera traité dans le cadre des séminaires.
à suivre donc...

- - -
Suite à plusieurs demandes, voici la présentation faite par Fabien Eychenne de la FING

.

Publié dans Aufildedream

Commenter cet article